Société: racisme "ordinaire"

Anti-Racism Kensington 33Image by thivierr via Flickr


"Brice Hortefeux a trop d'humour. Je le sais, il m'a fait une blague un jour. Jeudi 24 avril 2008. Le ministre de l'immigration et de l'identité nationale doit me recevoir dans son majestueux bureau. Un rendez-vous pour parler des grèves de sans-papiers dans des entreprises. Je ne l'avais jamais rencontré. Je patiente avec ma collègue Laetitia Van Eeckhout dans cet hôtel particulier de la République. Brice Hortefeux arrive, me tend la main, sourit et lâche : "Vous avez vos papiers ?"

Trois mois plus tard, lundi 7 juillet, jour de mes 29 ans. Je couvre le Tour de France. Je prépare un article sur ces gens qui peuplent le bord des routes. Sur le bitume mouillé près de Blain (Loire-Atlantique), je m'approche d'une famille surexcitée par le passage de la caravane, pour bavarder. "Je te parle pas, à toi", me jette un jeune homme, la vingtaine. A côté de moi, mon collègue Benoît Hopquin n'a aucun souci à discuter avec cette "France profonde". Il m'avouera plus tard que, lorsque nous nous sommes accrédités, une employée de l'organisation l'a appelé pour savoir si j'étais bien son... chauffeur."

Ces anecdotes et quelques autres, Mustapha Kessous d'origine arabe nous les raconte avec élégance et pudeur comme le dit Léon-Marc Lévy dans "Des noms pas propres." Mustapha témoigne de sa vie en France dans Moi, Mustapha Kessous, journaliste au "Monde et victime du racisme" du 23 septembre dernier et Léon-Marc souligne le vrai problème: "Mon propos, c'est le nom qui tue. Le nom sans homme. Le nom propre qui devient nom commun pour charrier la haine collective de l'Autre. M. Arabe Kessous. M. Léon-Marc Juif. C'est meurtrier, tout le monde le sait. La police de Vichy travaillait comme ça : des listes de noms qui donnaient des listes de Juifs avant de donner des listes de déportés et des listes de morts. Et de donner, au bout du cauchemar, les murs de Yad Vashem."

Je vous invite à lire également les nombreux témoignages et réactions à "Être français d'origine arabe en 2009."


Reblog this post [with Zemanta]

2 commentaires:

Ndack a dit…

Lire surtout ce témoignage de l'écrivain Rachedi Mabrouck:

http://www.metrofrance.com/MTE_CP/blogs/nouvelleracaillefrancaise/2009/09/nous_sommes_tous_des_mustapha.html

Toun a dit…

merci Ndack. C'est un article intéressant. Toujours aussi révoltant de lire au sujet de ces injustices. Mais comme dit Mabrouck, il faut continuer d'en parler et briser le silence.