CBC: Le Canada aura t-il jamais un Premier ministre noir (will Canada ever have a black Prime Minister)?


Radio-Canada lance un débat intéressant sur la présence des minorités visibles et en particulier des noirs dans le monde politique au Canada. Une seule noire à la Chambre des communes -Marlene Jennings- sur 304, pour une population dont 2.5% de la population (sept sièges, en proportion)
est noire.

CBC has posted the Black PM segment here. The interesting intervention is that of the professor who acknowledges that we don't talk about our problems here in Canada and that we pretend to be multicultural. Please look and let me know what you think:

http://www.cbc.ca/thenational/indepthanalysis/wendymesley/

6 commentaires:

Ndack a dit…

Ayant vu ce qu'un chef de gouvernement blanc peut commettre comme désastre dans un pays majoritairement blanc, ayant vu ce qu'un chef de gouvernement noir peut commettre comme désastre dans un pays majoritairement noir, et ayant étant convaincue qu'a priori un blanc n'est pas plus compétent qu'un noir et vice-versa... je veux juste d'un premier ministre compétent. Sa couleur de peau ne m'importe aucunement.

Toun a dit…

Merci Ndack! Mais la question de représentation parmi les élus qui nous gouvernent n'est-elle pas importante, voir cruciale?

Certes la compétence importe d'abord, mais si on ne parlait pas de représentation tant dans la bureaucracie que dans le monde politique, on ne se préoccuperait pas de la place des femmes dans la société, sur le marché du travail, en politique (droit de vote) etc. ne crois-tu pas?

Ndack a dit…

Allô Toundé !

Désolée, je n'avais pas vu ta question. Voici ma réponse:

Non, je ne peux pas dire que la question de la représentation est prioritaire à mes yeux. Ce qui mérite pour moi d'être combattue c'est la discrimination, ce qui est très différent. S'il n'y a pas de discrimination et qu'on prend les gens les plus compétents, donc s'il y a méritocratie, alors on va arriver naturellement à une représentation plus juste dans le temps. Mais si la représentation en soit est prise comme objectif, on se verra obliger de prendre des gens moins compétents pour telle ou telle tâche, juste pour atteindre les objectifs de représentation. Si une femme n'est pas la plus qualifiée pour un poste de pouvoir très important pour la société, je ne suis pas d'accord pour qu'on la choisisse juste parce que cela fait un bail qu'une femme n'a pas été à ce poste... Mais si elle est la plus qualifiée et elle n'est pas choisie simplement parce que c'est une femme, alors c'est autre chose, c'est de la discrimination.

Toun a dit…

Le manque de représentation de la population noire dans l'administration publique serait donc un reflet du manque de personnes noires qualifiées pour les postes qui existent? D'expérience, pourtant, je sais qu'il y en a beaucoup qui sont qualifiés et qui souffrent de discrimination. Et comme tu dis, il faut lutter contre la discrimination. La représentation devient alors un outil de lutte contre la discrimination -et c'est ce qu'elle est- plutôt que simplement un objectif en soi (ce qui, comme tu dis, ne vaut pas autant que la méritocratie). Dans le cas de la représentation à la Chambre de Communes, l'idée est de forcer le monde politique a regarder de plus près dans sa population noire qui dans ce milieu est systématiquement discriminée.

Et il y a autre chose: bien que l'immigration africaine soit récente au Canada, la présence des noirs est fortement liée à l'histoire de ce pays...

Ndack a dit…

Si la représentation est utilisée comme un outil de lutte contre la discrimination et seulement au départ, je comprend mieux la démarche. Mais il faudrait ensuite trouver un autre outil, car ce que je n'aime pas beaucoup là-dedans ce sont les questions de pourcentage. Par exemple: il y 2.5% de la population qui est noire, donc on devrait avoir pas loin 7 sièges sur 304 occupés par des noirs - plus ou moins à travers les décennies. Mais si pendant plusieurs années, il arrive que parmi les candidats qui seraient les mieux placés pour occuper ses sièges on retrouve environ 15 noirs (donc le double) parce qu'ils sont qualifiés pour le faire, est-ce qu'on va faire de cette sur-représentation un problème ? C'est pareil avec la parité homme-femme. Une sur-représentation de la femme dans certains postes, est-ce un problème si elle le mérite ? L'outil de la représentation est à double tranchant. Tout dépend de là d'où l'on part. Mais dans un contexte historique de discrimination systématique, je le comprends effectivement, au début.

Toun a dit…

Hello, ma très-occupée-Ndack,

Je comprends et j'appuie ta mise en garde: cet outil peut être utilisé contre ceux-là même qu'il est censé désservir et il est important de prendre des mesures pour contrer cet effet pervers. Cependant, ce concept a été conçu pour aider à lutter contre la discrimination systémique (celle qui est ancrée dans le système) et je crois que c'est le plus efficace "qu'on a à c't'heure." (désolé pour le délai dans la réponse.)