"Moi" de silence, mois de silence

J'ai pris un mois de silence pour vivre mes deuils divers: mes appareils électroniques (que j'utilisais pour bloguer) volés, mon déménagement du Manitoba mais surtout, surtout, le départ d'un être cher à mon coeur, ma belle-grand-mère. Je suis à Ottawa (ON) depuis six jours et je travaille, à ma transition entre les deux provinces à m'installer et à cerner mon nouvel emploi.

Revenons-en aux choses qui intéressent les indigènes du monde. J'ai choisi de ne pas commenter les révolutions qui secouent le monde arabe, les problèmes politiques en Côte d'Ivoire, la crise humanitaire du Congo, d'Haïti et du Japon. Mais combien de temps peut-on éviter de l'actualité? Combien de temps peut-on se voiler la face, se penser impuissant, détourner le regard? Je ne veux pas arrêter de prêter attention à la souffrance des humains.

J'ai pris un mois de silence pour vivre mes deuils divers. Je me remets à lire, rechercher, comprendre, écrire et commenter celles des autres. C'est ma façon à moi d'aider.

2 commentaires:

Toun a dit…

Un mot envoyé par email:
Salut Toun,

Ta question sur l'actualité a fait écho à une expérience que j'ai mené pendant 3 mois. Oui, 3 mois sans actualité, et à titre personnel le résultat a été bien surprenant.

Premièrement je me suis rendu compte que les choses essentielles je les apprenais d'une manière ou d'une autre. Donc finalement je n'avais plus besoin d'exposer mon subconscient à la dureté voire brutalité de certaines images et deuxièmement, mon humeur s'était améliorée. Me connaissant, tu sais que je suis quelqu'un d'assez positive et joyeuse d'ordinaire. Mais parfois il m'arrivait de me réveiller le matin juste énervée, stressée, avec cette boule au ventre...jusqu'à ce que je réalise que l'actualité que je pouvais voir ou entendre la veille avant de m'endormir pouvait avoir un fort impact sur mon inconscient.

Si on veut vraiment changer les choses dans ce monde on a besoin de notre énergie physique et surtout mentale. On devrait au contraire s'abreuver de messages positifs, de paix, réconciliation, des messages de beauté, d'espoir et de réussite.

Je pense avoir un meilleur impact autour de moi en étant joyeuse et de bonne humeur sans renier la réalité des évènements. Le bonheur est communicatif donc partageons le.

Chers amis Indigènes, je vous invite à faire un break: 30 jours sans actualité. Qui relève le défi? Et si vous ne savez pas quoi faire pendant ce temps là, prenez une feuille et un stylo et notez toutes les choses positives que vous voulez pour vous, ou votre famille ou votre pays ou pour notre monde. Comme disait Gandhi, "Be the change YOU want to see in this world"

Bien à vous

Farida

Toun a dit…

Merci Farida pour ce rappel. Tu as raison qu'il ne faut pas oublier de se rappeler les bonnes choses et de les attirer vers soi. Un véritable baume au coeur!